Comment Pokémon Go était une aubaine pour les annonceurs ?

Comment Pokémon Go était une aubaine pour les annonceurs ?

Lancée début juillet 2016 aux US et en Australie et à peine disponible en France depuis quelques jours, l’application mobile a déjà conquis de nombreux utilisateurs quotidiens à travers le monde et suscite maintenant l’intérêt des annonceurs.

Retour sur l’histoire fascinante du jeu Pokémon Go et comment les entreprises et les marques surfent sur sa popularité pour faire des annonces et faire leurs publicités.

Pokémon GO, devenu un outil marketing

Vingt ans après les premiers jeux sortis sur Game Boy, Pokémon est de retour mais cette fois-ci sur smartphone. Le but du jeu ? Parcourir les rues et ruelles qui nous entourent, les yeux rivés sur notre smartphone, à la recherche de Pokémons, de Pokéstop – points de passage fréquent où le dresseur peut récolter des cadeaux – ou encore d’arènes – lieux d’affluence où les dresseurs peuvent s’affronter et gagner des points de prestige et des Pokepièces -. Le concept de l’application repose sur deux grandes tendances en termes de nouvelles technologies : la géolocalisation et la réalité augmentée. Vous pourrez donc sans problème voir (et attraper) des Pokémons dans votre salon, dans les transports en commun ou dans la supérette du coin. Les Pokémons sont partout et les dresseurs de plus en plus nombreux et accros.

En voyant l’engouement généré autour du jeu, les marques ont vite compris qu’il pourrait s’agir là d’un nouvel outil marketing.

Pokémon GO : un trending topic sur les réseaux sociaux

Pokémon GO devenu un trending topic sur les réseaux sociaux

Un « trending topic » est un terme utilisé sur les réseaux sociaux pour désigner un sujet ou un hashtag qui connaît actuellement une popularité exceptionnelle. Cela signifie que de nombreuses personnes publient, partagent ou discutent de ce sujet spécifique en même temps, le propulsant ainsi en haut des tendances ou des sujets les plus discutés sur la plateforme. Sur des plateformes comme Twitter, par exemple, les trending topics sont généralement affichés dans une section dédiée, permettant aux utilisateurs de suivre les sujets d’actualité et les discussions les plus en vogue à un moment donné.

Dans un premier temps, les marques ont choisi d’utiliser les réseaux sociaux pour rebondir sur ce « trending topic ». Elles se sont simplement approprié le sujet en trouvant un axe de communication qui convenait à leur offre. Le sujet étant évocateur pour tout le monde, elles étaient sûres de faire l’unanimité (ou presque).

Nous vous avons sélectionné quelques exemples les plus remarqués de l’époque :

Les #PokemonGo s’invitent dans nos gares et nos trains, attrapez-les tous avec le hashtag #PokéTrain ! pic.twitter.com/bh6NiW5hJe

— SNCF (@SNCF) 13 juillet 2016

🔴 URGENCE SUPER URGENTE 🔴

Amis dresseurs à la recherche de Rattata sachez qu’il y en a derrière nos jus #PokemonGO pic.twitter.com/97EdKS1jgk

— innocent France (@innocent_Fr) 20 juillet 2016

[#MadameHashtagDotCom] On sait ce que l’on va faire de notre week-end et vous?? #PokemonGo #Pikachu #weekend pic.twitter.com/XoUoQafRmV

— La Redoute (@LaRedouteFr) 22 juillet 2016

Pokémon Go devenu un “Drive-to-store” efficace

Pour information, un « Drive-to-store efficace » fait référence à une stratégie marketing visant à inciter les consommateurs à se rendre physiquement dans un magasin ou un point de vente spécifique. L’objectif principal de cette approche est de générer du trafic en magasin à partir d’initiatives marketing en ligne ou d’autres canaux, tels que les réseaux sociaux, la publicité en ligne, les applications mobiles, etc.

Au-delà de simples publications sur les réseaux sociaux, certaines marques ont déjà lancé de vraies campagnes de communication. C’est par exemple le cas de Monoprix, l’une des premières enseignes françaises à avoir surfé sur le phénomène Pokémon Go. La semaine dernière, alors que l’application n’était pas encore disponible en France, Monoprix a proposé aux joueurs de venir récupérer leur « kit du dresseur » au magasin Monoprix St-Michel à Paris. Ce kit contenait tout l’attirail du parfait dresseur de Pokémons : une barre énergétique, un brumisateur, une crème solaire, des pansements contre les ampoules et une batterie nomade. L’opération a été victime de son succès, en 15 minutes, tous les kits avaient été distribués. Monoprix a alors décidé de donner une nouvelle chance aux dresseurs de toute la France en faisant gagner 300 kits sur Facebook et Twitter.

Voici quelques exemples :

Un bon dresseur #PokemonGo ne sort pas sans son kit. À récupérer dès 14h au Monoprix St-Michel ! #pokemonop pic.twitter.com/T4r9vmLSGb

— Monoprix (@Monoprix) July 22, 2016

On vous fait de nouveau gagner 300 kits du parfait dresseur, chacun a sa chance ! https://t.co/QUQl24atvr #pokemonop pic.twitter.com/9j8dUZAAE0

— Monoprix (@Monoprix) 25 juillet 2016

D’autres enseignes tentent d’attirer les dresseurs devant ou dans leurs boutiques/restaurants en créant des leurres. Les marques espèrent alors que les dresseurs en profiteront pour faire quelques achats ou simplement pour découvrir leur commerce.

Un jour vous serez les meilleurs dresseurs ! 🎤 Des Pokémon se cachent dans le centre… À vous de jouer 😉 #PokemonGopic.twitter.com/Ca1PFsUcrn

— placedeshalles (@placedeshalles) 26 juillet 2016

Un leurre est au franprix rue Saint Antoine et une surprise vous attend !! #FranprixGO pic.twitter.com/UKtmxGjYwD

— Franprix (@franprix) 27 juillet 2016

Mais ce n’est pas tout ! Plus tard, l’application a proposé aux marques de sponsoriser des lieux virtuels comme les Pokéstops ou les arènes de combats. John Hanke, le patron de Niantic, développeur de l’application, a expliqué au Financial Times que les entreprises paieraient pour devenir des lieux dans l’interface du jeu, car cela incite les joueurs à venir les visiter. »

Les annonceurs paient alors au « coût par visite », tout comme ils paient au « coût par clic » sur le Web. McDonald’s Japon a été le premier partenaire publicitaire de Pokémon Go, les 3000 McDonald’s au Japon se transformeront alors en arènes.

Lire aussi : Comment améliorer sa marque avec les archétypes ?

Conclusion

Pokémon Go s’est avéré être une aubaine inattendue pour les annonceurs, exploitant avec succès l’engouement mondial pour ce jeu mobile. L’application a créé des opportunités uniques de marketing localisé, incitant les utilisateurs à se rendre physiquement dans des lieux spécifiques pour profiter d’offres et d’expériences exclusives. Les annonceurs ont exploité cette tendance pour accroître la visibilité de leurs produits, stimuler le trafic en magasin et renforcer l’engagement des consommateurs. Ce phénomène a illustré la puissance du marketing géolocalisé dans l’ère numérique, ouvrant de nouvelles perspectives pour une connexion innovante entre le virtuel et le physique.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.